BAUDELAIRE

(Charles)


Lettres 1841-1866. Paris, Mercure de France, 1906. – Œuvres posthumes. Paris, Mercure de France, 1907.

Ensemble de 2 volumes in-8 (245 x 165 et 225 x 165 mm), bradel demi-percaline ocre, non rogné, dos datés 1907 (Reliure de l’époque).

Volumes d’épreuves uniques pour la première édition des Lettres 1841-1866, le tout premier recueil entièrement consacré à la correspondance de Charles Baudelaire, et pour la première édition au Mercure de France des Œuvres posthumes, en partie originale.

Quelques mois après la mort Charles Baudelaire en 1867, le libraire-éditeur René Pincebourde lança un appel afin de collecter des fragments inédits et des parties de sa correspondance. Cette collecte donna lieu, en 1872, à l’édition de Souvenirs. Correspondances. Bibliographie, suivis de pièces inédites renfermant 14 lettres de Baudelaire dont 9 adressées à Poulet-Malassis.
Un important dossier contenant la correspondance du poète et de Poulet-Malassis fut ensuite vendu aux enchères, ce qui permit à Eugène Crépet d’en publier une soixantaine, ainsi qu’une vingtaine de lettres adressées à Sainte-Beuve dans son ouvrage Œuvres posthumes et correspondances inédites (Quantin, 1887).
D’autres lettres ou fragments furent publiés au fil des années dans des journaux, revues, catalogues d’autographes, etc.
Enfin, publié en 1906 au Mercure de France, le volume des Lettres 1841-1866, premier recueil consacré à la correspondance de Charles Baudelaire, renfermait dans sa première édition plus de 280 lettres. Le même éditeur publia l’année suivante une édition en partie originale des Œuvres posthumes, contenant pour la première fois des articles du Corsaire-Satan et de Paris-Journal.

Ces volumes d’épreuves ont été façonnés pour le bibliophile et collectionneur Henry Saffrey, avec cet envoi autographe signé de Féli Gautier dans le volume des Lettres :
« Pour l’aimable Henry Saffrey, cet unique exemplaire d’épreuves auquel siérait le Rops (?) de la p. 507. Féli Gautier qui publie ces lettres. 1 novembre 1906. »

Le texte des Lettres est annoté par Féli Gautier de 80 patronymes dont il n’avait été imprimé que la première lettre (la plupart sont alors ignorés du grand public), ainsi que de 17 occurrences de mots censurés comme baiser, vérole, bordel, pine, foutre, etc.
Il a également noté deux remarques importantes concernant l’établissement du texte, en signalant une lettre douteuse (p.13) qui sera supprimée dans l’édition définitive, et en supprimant d’une lettre le nom de l’éditeur Michel Lévy (p.424) malmené par Baudelaire.

Bien que ces pages d’épreuves contiennent d’innombrables différences typographiques avec l’édition définitive, le volume n’a pas été corrigé, sans doute par soucis de lisibilité.

Le volume des Lettres contient :
• une épreuve de la couverture (à la date de 1907, titrée et paraphée par Féli Gautier)
• une épreuve du portrait héliogravé de Baudelaire (titrée et paraphée par Féli Gautier)
• un portrait supplémentaire (ie le portrait-frontispice des Œuvres posthumes)
• 552 pp. de texte, du faux-titre à la dernière page de l’État des lettres (sans les épreuves des trois derniers feuillets contenant les Sources des lettres, les Correspondances aux lettres ainsi que la table et l’achevé d’imprimer)
• 10 coupures de presse du Figaro reproduisant des lettres de Baudelaire à M. Dutacq avec cette note autographe de Féli Gautier : « M. Saffrey pourra cartonner ces lettres qui sont destinées à une édition ultérieure, s’il y en a jamais. »

Le volume des Œuvres posthumes, titré au dos « Épreuves uniques » contient quant à lui le portrait et les 388 pp. de texte, avec une dizaine de corrections typographiques.

Rarissimes volumes d’épreuves annotés, donnant les noms des correspondants de Baudelaire et les mots censurés, à l'époque inconnus du grand public.

4 000

En stock