EAUBONNE

(Françoise d')


Le complexe de Diane.

Paris,

Julliard,

1951.

In-12, broché.

Edition originale de cette défense de Simone de Beauvoir et du Deuxième sexe.

Exemplaire du service de presse offert à Colette, avec un long envoi autographe signé : A notre chère et grande COLETTE (Notre "bien indivis!") avec tous mes remerciements pour la grande joie que m'a donnée sa lettre et pour l"honneur qu'elle m'a fait. En espérant bientôt avoir le plus grand honneur de lui demander si "Le Complexe de Diane" ne l'a pas trop ennuyée... Avec l’expression de ma déférence et de ma vive gratitude "pour être femme, pour être Colette" François d'Eaubonne, qui attend son prochain livre !

Un extrait du Dictionnaire des anarchistes (source maitron.fr) nous éclaire sur les engagements de Françoise d'Eaubonne (1920-2005) :
"La lecture du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir en 1949 fut déterminante pour l’engagement féministe de Françoise d’Eaubonne. Elle prit la défense de la philosophe en publiant Le complexe de Diane en 1951. Son engagement politique la conduisit à signer le Manifeste des 121 en 1960 pour l’indépendance de l’Algérie. Elle participa au Mouvement de libération des femmes, appartint au courant des féministes radicales, signa le manifeste des 343 (« Je me suis fait avorter ») en 1971 et fonda, la même année, le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) avec Guy Hocquenghem et Anne-Marie Grélois. Elle poursuivit un travail de théoricienne et créa le mouvement « Écologie et féminisme », peu suivi en France, qui trouva surtout un écho en Australie et aux États-Unis."

La quatrième de couverture de la récente réédition du texte chez Julliard en 2021, nous éclaire également :

" Le sort des révolutions est lié à celui des femmes ! "
À la sortie du Deuxième Sexe, Françoise d'Eaubonne écrit à Simone de Beauvoir : " Vous êtes un génie, vous nous avez toutes vengées ! ". Pourtant l'essai est loin de faire l'unanimité. Ses détracteurs sont nombreux et virulents, comme François Mauriac, qui voit dans ce livre " un danger pour l'individu, la nation et la littérature elle-même ". Françoise d'Eaubonne est alors une romancière de trente et un ans. C'est d'abord pour répliquer à ces critiques masculines et conservatrices qu'elle se lance dans un essai théorique.

Bien décidée à défendre Le Deuxième Sexe, elle veut aussi avec Le Complexe de Diane faire la synthèse entre lutte des classes et lutte féministe, et entreprend de contrer les préjugés sexistes encore présents dans la psychanalyse et le communisme. Convaincue que Marx n'est pas allé assez loin dans sa conception de la révolution prolétarienne, elle lui reproche de ne pas avoir remis en cause la structure de la famille, source d'inégalités flagrantes entre hommes et femmes. Chez Freud, elle remet en question la notion d' " envie du pénis ", attribuée aux femmes révoltées, et montre que leur refus de se soumettre à leur destin (le mariage et la maternité), loin d'être pathologique, relève d'une aspiration légitime. Quant à leur supposé masochisme, sur lequel les adeptes de la psychanalyse s'étendent beaucoup pour expliquer leur soumission ou, même, leur infériorité, elle le conteste avec ferveur.
S'appuyant sur la figure mythologique de Diane chasseresse, elle affirme que la nature féminine est une construction sociale qui tend à justifier la domination masculine en vertu d'un patriarcat nécessaire et éternel. Elle se penche sur des modèles alternatifs, hérités de sociétés matriarcales archaïques et se montre d'une modernité remarquable lorsqu'elle se penche sur le concept d'éros féminin, absent du livre de Simone de Beauvoir. Les conclusions de son ouvrage mettent l'accent sur une bisexualité originelle de tous les individus, et annoncent ses livres et ses combats futurs, qu'ils soient féministes, écologistes ou libertaires."

Exceptionnel exemplaire offert à une autre grande figure féministe, Colette.

1 000

En stock