MARX

(Roger)


L’Art social. Préface d’Anatole France.

Paris,

Fasquelle,

1913.

In-12 (190 x 120 mm), xi pp., 312 pp., broché.

Edition originale.

Un des 5 exemplaires de tête sur Japon.

L'Art social est sans doute l'œuvre majeure de Roger Marx (1859-1913) en ce qui concerne l'histoire de l'art.  « Ce livre de doctrine et de combat, d'initiative et de réformes, d'esthétique et de sociologie contient l'essentiel de sa philosophie » écrit Anatole France dans sa préface, le comparant à William Morris et à Emerson.
Roger Marx y résume ses campagnes en faveur des artistes modernes et de la diffusion de la beauté à l'Ecole et dans les milieux populaires. Ce furent ses écrits qui contribuèrent notamment au mouvement de rénovation des arts appliqués modernes, et il fut le premier à réclamer dans L’Art social, la nécessité d'une Exposition des Arts décoratifs. Il réussit à faire admettre à la Société Nationale des Beaux-Arts des créations, alors dédaignées, d'artisans céramistes, ferronniers, orfèvres ou émailleurs, ce qui fut une grande avancée pour l'époque.

Roger Marx définissait ainsi l'art social : « Quand l'art se mêle intimement à la vie unanime, la désignation « d'art social » seule peut lui convenir; on ne saurait restreindre à une classe le privilège de ses inventions ; il appartient à tous, sans distinction de rang ni de fortune ; c'est l'art du foyer et de la cité-jardin, l'art du château et de l'école, l'art du bijou précieux et de la broderie paysanne ; c'est aussi l'art du sol, de la race et de la nature ; l'importance s'en atteste par son action sur le développement des industries et sur la prospérité matérielle du pays — si bien que ses destinées se trouvent intéresser à la fois l'esthétique, la sociologie et l'économie politique. »

900

En stock