VALDEYRON (E.) et R. CAISSO


Ouxis.

1930.

117 pages in-8, en feuilles, chemises cartonnées.

Manuscrit autographe complet du roman pyrénéen à succès Ouxis, avec de nombreuses notes et corrections.

Ce roman régionaliste se déroulant dans les Pyrénées fut récompensé en 1930 du Grand Prix Fabien Artigue de l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse.
Il s'agit d'un intéressant témoignage de la bataille littéraire de l'époque entre Paris et la province, et de la volonté décentralisatrice de l'Académie qui choisit de faire triompher David contre Goliath. En effet, les autres concurrents bénéficiaient de l'appui de puissants éditeurs parisiens et du haut patronage de la revue l'Illustration, contrairement à Valdeyron et Caisso qui avaient fait publier leur ouvrage chez un jeune libraire de Mont-de-Marsan.

Ouxis séduisit l'Académie par son "symbolisme profond". Il décrit l'histoire d'amour entre Francis "le type idéal d'une race primitive que l'air empesté des villes n'a pas encore flétri" et Claude, femme vénale intéressée par l'or des montagnes, "[qui] a toute la capricieuse astuce des grandes coquettes". Enfin, la montagne elle-même, Ouxis, troisième protagoniste du roman, "est la divinité vengeresse que Sophocle a mise au ciel de ses tragédies."
Recueil de l’Académie des jeux floraux. 1930. pp. 177-181

Le roman connut un fort succès lors de sa parution, donnant des descriptions particulièrement réussies de la région. Le journal La Côte basque interpella d'ailleurs le syndicat d'initiative d'Ax-les-Thermes pour qu'il fasse de ce roman un outil de communication touristique pour la région.

E. Valdeyron fut une importante figure locale pour le monde du sport et de la littérature. Il fonda en 1901 à Bergerac l'Union sportive bergeracoise, pratiqua le football et le rugby jusqu'en 1909 sous les couleurs de l'Union Sportive Bergeracoise, le C.A. de Nontron et l'Union sportive dacquoise. Athlète de talent, il avait été pressenti pour concourir aux jeux olympiques de Londres de 1908 pour le saut en hauteur et le lancé de disque. Il fut également entraîneur, chercha à développer la pratique du sport à l'école et fut président de la Ligue de la Côte Basque d'Athlétisme. Il était également professeur de lettres à l'Ecole supérieure de Bayonne.
Valdeyron contribua à de nombreuses revues et journaux dans lesquelles il publia des articles sur le sport, l'histoire du sport antique, des contes pour enfant, etc. Il publia trois ouvrages qui rencontrèrent un certain succès à l'époque, Sous le Soleil d'Olympie en 1928, Ouxis en 1930, et Printemps sacré en 1933 (voir Fonds Valdeyron e)).

Nous joignons à ce manuscrit d'Ouxis:
- 13 feuillets supplémentaires manuscrits semblant être une réécriture du roman, une autre version en vue d'une adaptation.
- un important cahier mauve contenant de très nombreux feuillets de texte, recherches historiques, plans des montagnes, etc.
- un cahier rouge renfermant des manuscrits et notes autour de l'ouvrage
- 6 lettres de différentes personnes remerciant Valdeyron pour l'envoi du roman

Quelques extraits d'articles des journaux de l'époque à propos d'Ouxis :

L'Européen : hebdomadaire économique, artistique et littéraire. 02 octobre 1929 :
"Vraie oeuvre qui exalte une des plus belles régions de France, écrite par un fils de la montagne ariégeoise, M. R. Caisso et par un jeune professeur de Bayonne, M. Valdeyron. Action bien conduite, documentation exacte, et tous les parfums salubres et le grand air des Pyrénées. Ce roman régionaliste (et cet épithète et un compliment) a été édité chez un jeune et actif librairie de Mont-de-Marsan [chez Chabas]. C'est de l'excellente décentralisation."

La Côte basque. 23 mars 1930 :
"[...] une oeuvre qui possède à la fois de hauts mérites de style, la qualité suprême de la sincérité et d'une étude psychologique émouvante et vraie, tout en déployant les dons descriptifs merveilleux pour nous faire vivre parmi des sites particulièrement splendides de nos Pyrénées, nous faisant communier à la fois avec l'âme humaine celle de la montagne et la rude mais sensible mentalité d'une race."
"Au cours des différents congrès de Tourisme et particulièrement dans les Pyrénées, on a souvent agité la question de la propagande par le livre. Tous les représentants des syndicats d'initiative ont été d'accord pour constater que l'action d'un roman bien fait [...] dont l'action est placée dans une région décrite avec agrément [...] constitue une précieuse publicité pour cette région. Or, il est difficile de magnifier d'avantage une contrée et par des tableaux plus splendides et plus attirant que les environs d'Ax-les-Thermes ne le sont dans Ouxis."

L'Indépendant des Basses-Pyrénées. 30 mars 1930 :
"Ainsi une oeuvre très remarquable reçoit une consécration officielle. [...] L'Académie des Jeux Floraux a décerné son Grand Prix - le Prix Fabien Artigue d'un montant de 5 000 fr. - à MM. Valdeyron et Caisso, pour leur roman Ouxis. [...] Ouxis, [...] est la synthèse exacte d'une rude et fière race, une peinture incomparable d'un pays dont la beauté presque, est sans rivale : les âpres sommets de nos Pyrénées. Et cela, dans une symphonie de couleurs et une exactitude de détails qui en font l'oeuvre la plus sincère, peut-être, de ces dernières années."

680

En stock