[BRISSOT DE WARVILLE (Félicité, née DUPONT)].


Manuel de tous les âges ou Economie de la vie humaine. Traduit d’un ancien manuscrit indien en anglois, et de l’anglois en françois.

[Fin XVIIIe - début XIXe siècle].

In-12, (8) pp.- 200 pp., basane fauve jaspée, premier plat portant une étiquette manuscrite Manuel de tous les âges écit (sic) à la main, dos lisse orné, tranches jonquille jaspées (Reliure de l'époque).

Jolie copie calligraphiée de cet ouvrage de morale et d'éducation traduit en français par Félicité Dupont (1759-1818), aide-préceptrice des enfants de Louis-Philippe d'Orléans dit Philippe Egalité (1747-1793).

Félicité Dupont fut attachée en 1782, sous les ordres de Madame de Genlis (1746-1830), à l'éducation des enfants du duc de Chartres, et habita avec eux et la comtesse-gouverneur le pavillon de Bellechasse qui dépendait du couvent du même nom. Elle dut démissionner de ses fonctions l'année suivante pour suivre à Londres Jacques Pierre Brissot de Warville (1754-1793) qu'elle venait d'épouser.
Jacques Pierre Brissot de Warville, qui s'illustra sous la Révolution comme chef de file des Girondins, travaillait alors à un ambitieux projet de lycée devant servir de point de réunion à tous les savants d'Europe et d'où pourraient circuler toutes les connaissances de son époque. Il dut cependant abandonner le projet lorsqu'il fut jeté en prison pour dettes. De retour à Paris en 1784, c'est à la Bastille qu'il fut enfermé, ayant été dénoncé comme l'auteur d'un pamphlet contre la reine Marie-Antoinette. Il fallut quatre mois et les sollicitations de Madame de Genlis et du duc de Chartres, les anciens employeurs de son épouse, pour faire reconnaître son innocence.

Félicité Brissot de Warville était quant à elle traductrice d'oeuvres anglaises, notamment ce Manuel de tous les âges qui fut publié à l'adresse de Londres en 1782. Il aurait été tiré d'un ancien manuscrit indien, traduit en anglais par Robert Dodsley (1704-1764) d'après Barbier. Toujours d'après Barbier, elle fut l'auteur mais se présenta comme la traductrice d'un Nouveau Précis de l'histoire d'Angleterre, depuis les commencemens de cette monarchie, jusqu'en 1783 (1783). Elle traduisit également les Lettres philosophiques et politiques sur l'histoire de l'Angleterre (1786) d'Olivier Goldsmith et lord Lyttelton, dont la seconde édition (1790) fut augmentée de notes de son mari.

Brissot. Mémoires. 1830. II, pp. 322-323 - Brissot. Mémoires (1754-1793). 1912. III, p. 36 - Barbier III, 40

1 400

En stock

Catégorie :