[DINET-ROLLINCE (Jeanne)]

COPPÉE (François)


Le Passant. Comédie en un acte en vers.

Paris,

Armand Magnier,

1896.

In-4 (278 x 196 mm), maroquin bleu nuit, composition de maroquins crème, ocre, brun et vert mosaïqués au premier plat, dentelle intérieure, doublure de vélin émaillé de Jeanne Dinet-Rollince, gardes de soie bleue, tranches dorées, couverture conservée ; sans étui, une petite éraflure restaurée au premier plat (Léon Gruel).

Jolie édition reproduisant en héliogravure les manuscrits du texte de François Coppée et de la musique de Jules Massenet.
Elle est ornée de 47 compositions de Louis-Edouard Fournier gravées à l'eau-forte par Léon Boisson, et de deux portraits de Sarah Bernhardt et de Mademoiselle Agar qui avaient créé les rôles principaux de la pièce au théâtre de l'Odéon en 1869.

Tirage limité à 300 exemplaires, celui-ci non justifié, sur papier des Manufactures Impériales du Japon, avec une double suite. La justification annonce seulement 12 exemplaires numérotés sur ce papier, avec quadruple suite.

Superbe reliure signée Gruel, doublée de vélins émaillés de Jeanne Dinet-Rollince.

Artiste de talent, Jeanne Dinet-Rollince collabora avec le relieur Léon Gruel pour exécuter les décors de reliures d’exception, utilisant l’anagramme de son nom marital Cornille comme pseudonyme. Elle décora notamment de ces fameux vélins une reliure offerte en 1904 à l’Empereur de Russie Nicolas II.
Elle fut, dans un autre registre, la première biographe du peintre orientaliste Étienne Dinet, son frère.

Ernest de Crauzat, dans son ouvrage La Reliure française de 1900 à 1925, au chapitre Les femmes, la bibliophilie, et la reliure, lui consacre ces lignes élogieuses :
Parmi ces femmes novatrices, il convient de citer en première ligne :
Mme J. Rollince, pseudonyme d’une femme du monde des plus charmantes, qui, avant même que la pyrogravure et le cuivre ciselé fussent à la mode, eut l’idée d’émailler des vélins. Elle y réussit et sut ''par une alchimie compliquée, par le double effet des couleurs et des irisations métalliques, par des reprises à la plume des estampes et un grainé travaillé au burin, enfin, par la magie suprême et pleine de hasards du feu, obtenir cette surface brillante, décorée, lisse, caressante, qui enveloppe le livre comme d'une lumière étalée.'' »

De la bibliothèque de Charles Freund-Deschamps, avec ex-libris.

4 500

En stock

Catégories : ,