DEZ (Jean)


La Réunion des protestants de Strasbourg à l’Église romaine également nécessaire pour leur salut, et facile selon leurs principes.

 Strasbourg, George André Dolhopf, 1687.

In-8 (170 x 105 mm), (27) ff. dont un blanc, 522 pp. [i.e. 520], (1) f., maroquin rouge, double filet doré, armes royales au centre, dos orné, tranches dorées, deux coins émoussés (Reliure de l'époque).

Édition originale de cet important ouvrage de controverse entre catholiques et protestants, par Jean Dez (1643-1712), l'un des jésuites français les plus en vue de la fin du XVIIe siècle (Châtellier, p. 239).

Exemplaire de présent en maroquin rouge aux armes de Louis XIV, offert par l'auteur au provincial de Champagne Louis de Camaret (1626-1693) qui avait autorisé l'impression de l'ouvrage.
Ce jésuite originaire d'Avignon fut recteur à Dole, Avignon et Lyon. Il prit ensuite la tête de la Province de Lyon et de celle de Champagne, double distinction très rare dans la Compagnie. Il revint mourir dans sa ville natale en 1693.
Les notes manuscrites au titre du volume sont certainement dues aux jésuites d'Avignon auxquels Louis de Camaret offrit très probablement l'ouvrage.

Strasbourg demeurait dans les années 1680 l'un des bastions du luthéranisme, et ce malgré son intégration en 1681 au royaume de France. La politique de conversions au catholicisme menée par l'administration royale et les autorités religieuses dans toute l'Alsace ne rencontrait pas le succès escompté.
Le séminaire de Strasbourg, qui peinait à s'imposer face à la concurrence de Molsheim, rencontrait des difficultés de recrutement. Poussée par Louis XIV, la Compagnie de Jésus envoya à Strasbourg, dès 1683, quelques-uns des meilleurs éléments de la province de Champagne dont Jean Dez.

Citons Louis Châtellier sur la vie de Jean Dez (Châtellier, p. 239-240) :
"Le premier recteur, le père Jean Dez, qui joue un rôle capital dans l'organisation du collège/séminaire [de Strasbourg], est l'un des jésuites français les plus en vue de la fin du XVIIe siècle. Il a toute la confiance de Louis XIV.
A plusieurs reprises il est confesseur du Dauphin. A Rome, il passe pour le successeur du père
[La Chaise]. [...] Recteur très jeune à Sedan, il arrive à Strasbourg [en 1683] déjà formé à la controverse avec les protestants. Grand administrateur, très actif, il sera plusieurs fois provincial et toujours à des postes de responsabilité. Mais c'est aussi un homme de pensée qui participe, et souvent aux premières lignes, aux grands débats de cette fin de siècle.
C'est à Strasbourg qu'il rédige son grand ouvrage de controverse
"La Réunion des protestants de Strasbourg à l'Église romaine, également nécessaire pour leur salut et facile selon leurs principes". [...] Trait significatif : l'illustre recteur meurt le lendemain de l'entrée solennelle du cardinal de Rohan à Strasbourg [...]. Ambiguïté du personnage, tiraillé, semble-t-il, entre la nécessité de servir de Roi et le devoir de défendre partout et en tout la Compagnie à laquelle il appartient."

L'ouvrage La Réunion des protestants de Strasbourg à l'Eglise romaine peut être rapproché d'un autre grand ouvrage de controverse, celui de Jacques-Bénigne Bossuet intitulé Exposition de la doctrine de l'Eglise catholique sur les matières de controverse (1671). L'ouvrage du père Dez s'en distingue cependant par sa forme et son principe. Alors que Bossuet ouvrait sans cérémonie son traité sur les points les plus controversés, le père Dez s'attache tout au long de son livre à souligner les points de convergences entre catholiques et luthériens. Il part des 21 articles de la Confession d'Augsbourg et montre que ceux-ci, bien compris, doivent conduire les luthériens, sans effort et sans rupture brutale, vers le catholicisme.

Un beau témoignage de la mobilisation des jésuites de Champagne pour tenter de convertir Strasbourg.

Louis Châtellier. Tradition chrétienne et renouveau catholique dans le cadre de l'ancien diocèse de Strasbourg (1650-1770). Paris, Ophrs, 1981. pp. 239-240, 270-280.
Sur Jean Dez : Henk Hillenaar. Fénelon et les jésuites. La Haye, 1967. p. 130-134.
Sur Louis de Camaret : Claude François Achard. Dictionnaire de la Provence et du Comté-Venaissin. Marseille, Mossy, 1786. vol. 3, pp. 151-152.
En complément : Marc Lienhard. Les Controverses entre Luthériens et Catholiques à Strasbourg entre 1682 et 1688. Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français (1903-2015) Vol. 132 (Avril-Mai-Juin 1986), pp. 213-237

3 000

En stock